Au sommet du monde

16 décembre 2019 | Projet Midgard | 4 commentaires

Il était 19h tapante, l’heure de nettoyer cette horrible pièce. Cet endroit si grand et si sombre que chaque jeudi, jour de nettoyage du secteur E, les employés de ménage se jouaient son dépoussiérage à la courte paille. André avait malencontreusement choisi la plus petite des branches ce qui lui valut la corvée tant appréhendée. Il n’avait maintenant plus que cette surface à nettoyer ; cette grande et froide salle dont la seule lueur émanait d’un étrange objet conique à taille humaine. La nuit allait être longue pour le pauvre homme de ménage épuisé, mais la prime qu’il allait toucher pour ce petit supplément le réconforta quelque peu. Le lieu devait représenter environ la taille d’un terrain de basket ball et sa hauteur atteignait les huit mètres. Il s’entrecoupait d’une espèce de deuxième étage formé de diverses plateformes qui entouraient toute la pièce rectangulaire. André entreprit d’astiquer un coin de l’immense salle et continua ainsi de suite jusqu’au plus noire de la nuit. La tâche n’était pas aisée et il devait user d’une échelle pour atteindre certains endroits du lieu particulièrement haut perchés. Après de longues heures d’époussetage minutieux, il décida de se reposer contre l’étrange objet luminescent et de piquer un petit somme bien mérité. De toute façon, tard comme il était, Julien et ses enfants dormaient certainement déjà. 

Le repos ne fut pourtant que de courte durée. Un bruit sourd réveilla le pauvre André qui avait à présent le bras tout engourdi par le poids de son corps. Il secoua la tête pour retrouver ses esprits plus rapidement et chercha à déterminer la provenance de la nuisance sonore. Il distingua finalement des bruits de pas rapides ; phénomène étrange, étant donné qu’il ne devait rester que lui dans cette aéra à cette heure si avancée de la nuit. L’entrée du bâtiment et du quartier tout entier était tellement bien gardé qu’il ne voyait absolument pas comment quelqu’un aurait pu s’y aventurer. Il s’avança, légèrement inquiet, dans l’encadrement de la porte automatisée et entrevit deux profils se détacher de la pénombre omniprésente. L’employé méfiant recula de quelques pas, mais pas assez rapidement, car les deux silhouettes avaient déjà rejoint sa hauteur. Dans un mouvement coordonné, les deux personnages mirent à terre le pauvre homme de ménage d’un coup de paume bien placé au niveau de son torse. 

Lorsqu’André récupéra une semi-conscience, le malheureux pu deviner l’allure de ses agresseurs. L’un était un homme probablement âgé d’un peu moins d’une trentaine d’années. Sa chevelure mi-longue d’un rouge foncé vif lui tapa tout de suite à l’œil. Mais il entraperçut surtout très vite que l’homme tenait dans sa main gauche un revolver doté d’une forme étrange. Lorsqu’il arriva enfin à détacher son regard quelque peu angoissé de l’arme, il détailla son ou plutôt sa partenaire. Il s’agissait d’une femme probablement d’un âge similaire à son complice. Elle arborait de longs cheveux noirs attachés en une coiffure haute. Leurs deux voix se mêlèrent dans la tête du pauvre André jusqu’à ce que la reprise totale de ses esprits lui permît enfin de suivre un bout de leur conversation. 

« … pas me suivre. 

– J’ai vu dans tes yeux qu’t’avait b’soin d’aide et que ça t’faisait chiez que j’sois pas là. 

– Arrête tes conneries. Maintenant, il faut se concentrer sur la suite. Mikki a dit que la voie était libre, et pourtant il était là, lui. Mais vu la facilité à laquelle on l’a mis à terre, je suppose que c’est pas un gardien. 

La jeune femme détourna la tête vers l’homme affaibli qui les observait les yeux à présent grands ouverts. 

– Merde… Il se réveille. » 

D’un coup de coude rapide sur l’abdomen d’André, elle le plongea à nouveau dans la brume. Malheureusement pour les deux étrangers, les divers bruits avaient attiré les gardiens positionnés dans la partie nord du bâtiment. Le jeune homme intima la noiraude à continuer d’inspecter la salle pendant que lui détournait l’attention des nouveaux arrivants en rejoignant leur direction. 

La jeune femme était à présent seule avec André inconscient sur le parquet. Peu intéressée, elle, par la propreté de la salle, la femme balaya celle-ci du regard quelques instants. L’objet lumineux qui trônait en son centre attirait inlassablement son attention et sa curiosité, mais elle préféra commencer par trouver un indice sur ce que cela pouvait contenir. Elle s’approcha des bureaux impeccables qui se situaient de l’autre côté de la pièce et commença à farfouiller leurs tiroirs. Dans un premier temps, elle découvrit des croquis de l’objet conique puis des indications sur son contenu. C’est avec effroi qu’elle comprit qu’une personne y était enfermée. Elle feuilleta les multiples dossiers, maintenant éparpillés sur le panneau de contrôle, afin de trouver un moyen de libérer le malheureux captif de sa cage lumineuse, mais en vain. Etant donné que la théorie ne semblait d’aucune aide, la jeune femme s’approcha de la prison conique en espérant que la pratique lui serait plus utile. 

Elle tourna plusieurs fois autour de l’engin mystérieux. Ses yeux bleus finir par se plonger dans la lumière verte émise par l’étrange prison. Sa curiosité atteignait à présent son apogée. Après quelques minutes de contemplation, elle se laissa guider par son instinct et tendit sa main gantée en direction de l’objet. A quelques centimètres de la cage, une lumière bleutée, tel un éclair jaillit de sa paume et amorça un mécanisme. L’objet conique déversa son contenu liquide lentement sur le sol fraichement nettoyé. Les yeux toujours rivés sur l’étrange cellule, la jeune femme distingua une silhouette. Celle-ci se dessinait doucement sous la forme d’une petite femme frêle et gracieuse en lévitation jusqu’à présent dans le liquide abondant. Lorsque ce dernier finit par disparaître, la cage de la prisonnière se brisa silencieusement et celle-là atterrit devant la noiraude quelque peu surprise de la tournure des événements. L’ancienne prisonnière de l’objet de verre qui n’avait vraisemblablement pas bougé depuis un certain temps perdit l’équilibre une fois dressée sur ses deux jambes. Vivement, la noiraude attrapa la blonde avant que celle-ci ne tomba sur le sol et l’aida à s’asseoir par terre. 

« Est-ce que ça va ? » 

La petite blonde ouvrit ses yeux fatigués et les planta dans le regard de sa sauveuse. Les deux êtres s’observèrent pendant quelques secondes qui parurent très longues. La noiraude ressentie une sensation étrangère sur laquelle elle ne pouvait pas mettre de mots. Elle finit par détourner le regard, préoccupée par un bruit de pas familier. La voix du jeune homme qui l’accompagnait apparue plus clairement à mesure qu’il se rapprochait. 

« Maë, faut y aller là, j’ai rameuté tout un tas de gars et y’en a trop pour que je m’en occupe tout seul. T’as trouvé des infos ?  

Il se stoppa nette devant la blonde. 

– C’est qui celle-là ? » 

L’heure n’était pas aux explications. La jeune femme attrapa la petite blonde, qui semblait trop faible pour se déplacer et l’installa dans ses bras. Son acolyte la dévisagea gravement quelques instants. Il entrouvrit la bouche avant de se raviser et de lui adresser un regard entendu. En deux temps trois mouvements, ils se dirigèrent vers la sortie. Arrivé dans un couloir plus éloigné du cœur du bâtiment, Maëlyn tenta de rallumer le terminal de son oreillette. 

« Mikki, tu me reçois ? J’ai besoin d’un guide là. On va finir par être encerclé. 

– Oui ? Maëlyn ? Je te reçois à nouveau, la connexion est rétablie et j’ai un aperçu des caméras. Je vous ai repérés. Et… Ohla… Vous avez déclenché une alerte ou quoi ? C’est rempli de gardiens et pas des plus faibles en plus. Du style gladiateurs. Mais je vois une issue. Prenez à droite après la fin du couloir et là sauter dans l’espèce de vide-ordure. 

– L’alerte, c’est Jayden qui l’a déclenchée et sérieusement un vide-ordure ? T’as pas trouvé mieux ? » 

Maëlyn perçut un rire gêné en guise de réponse, ce qui signifiait très clairement que ce serait le vide-ordure qui ferait office de sortie. Ils pressèrent le pas et rejoignirent leur porte de secours inespérée. L’entrée était étroite et sombre. Sans plus de cérémonie, la noiraude grimpa dans le vide ordure et après une grande inspiration, elle se laissa glisser le long du tuyau. Jayden hissa ensuite la petite blonde qu’il laissa dévaler le conduit à son tour et, pour finir, les imita. Ils atterrirent tour à tour dans un container empli d’ordures. Rapidement, Maëlyn quitta l’espace à déchets et aida la jeune fille à en sortir à son tour. Jayden, quant à lui, sauta hors du tube avant même de toucher le ramassis. La noiraude repris l’étrangère dans ses bras. Ils se mirent à courir dans la rue du quartier 5 pour rejoindre un coin plus sûr. 

L’aube allait bientôt se lever. Il fallait faire vite et rejoindre la plaque inférieure. Grâce aux instructions du jeune Mikki, ils réussirent à se faufiler dans les ruelles de la zone. La tâche n’était pas aisée surtout pour Maëlyn qui tenait la petite blonde à moitié endormie. Jayden ne lui proposa même pas de la relayer. Il savait très bien que la noiraude n’était pas du genre à abandonner ce qu‘elle avait commencé. L’infiltration temporaire des caméras de surveillance et une part de chance aida beaucoup le succès de cette fuite délicate. Grâce aux indications de Mikki, ils arrivèrent à rejoindre le passage, qu’ils avaient plus tôt emprunté, vers la plaque inférieure. Malheureusement, à cause de leur indiscrétion précédente, le passage était devenu compromis. Maëlyn observa gravement Jayden placer les explosifs qui scellerait l’endroit et leurs futures possibilités de se promener en plaque supérieure avec. 

 

Si tu souhaites être averti des prochaines publications, tu peux t’inscrire à la newsletter.

4 Commentaires

  1. Loris

    J’adore Maëlyn. J’aime aussi beaucoup le prénom “Mikki” 🙂

    Réponse
    • Anaïs

      Merci beaucoup Loris 😉 !

      J’espère que le développement de Maëlyn te plaira.
      Quand au prénom “Mikki”, ça me fait plaisir car je l’aime beaucoup aussi. Je n’arrive plus à me souvenir par contre, comment je suis arrivée avec celui-ci.

      Réponse
  2. Ana

    Ça donne envie de savoir la suite maintenant 🤤

    Réponse
    • Anaïs

      Merci Ana! 😍😁

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code